Les publicités sexistes interdites à Paris

Publié le 30/03/2017 par Abc-luxe
Partager sur les réseaux sociaux :

Après le tollé provoqué par la dernière campagne de la maison Saint Laurent Paris, le Conseil de Paris a annoncé l’interdiction des publicités « à caractère sexiste ou discriminatoire » sur le réseau municipal d’affichage.

L’annonce a été faite lors du vote attribuant le marché du mobilier urbain à JC Decaux, seul candidat, qui devra s’assurer du respect de cette décision, initialement proposée par le groupe communiste.

Celui-ci avait en effet demandé à ce que JC Decaux s’engage à « éviter toute publicité qui utilise des stéréotypes sexistes, lesbophobes et/ou homophobes, ainsi que des représentations dégradantes, dévalorisantes, déshumanisantes et vexatoires des femmes et des hommes » ainsi que celles « cautionnant toute forme de discrimination fondée sur l’origine ethnique, l’origine nationale, la religion, le sexe ou l’âge, ou portant atteinte à la dignité humaine ».

« Aux côtés de villes comme Londres et Genève, qui ont déjà mis en place des dispositifs de contrôle comparables, Paris montre la voie en décidant d’actionner tous les leviers en sa possession pour empêcher la diffusion, la promotion et la valorisation d’images dégradantes pour certaines catégories de citoyens », a déclaré Anne Hidalgo, maire de Paris, dans un communiqué diffusé par la Ville de Paris.

La décision intervient quelques semaines après la polémique provoquée par Saint Laurent Paris, dont la dernière campagne d’affichage avait été retirée suite à une décision de L’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP). Présentant des jeunes femmes dans des positions particulièrement suggestives, les clichés avaient suscité l’indignation du public et des internautes, et déclenché de nombreuses plaintes auprès de l’ARPP et sur Twitter.

Articles complémentaires

Secteurs

Qui sommes-nous ? |  Annonceurs |  Partenaires |  Inscription à la Newsletter |  Contacts |  Informations légales |  © abc-luxe 2015